investisseur chinois au Quebec

Comment les Chinois peuvent investir au Québec?

Comment les Chinois peuvent investir au Québec?

Les Québécois vendent 1 hectare de terres à 7 $ par pied carré, soit environ 70 $ / m². C’est environ 10 fois moins cher qu’à Vancouver ou Paris!
Opportunités d’affaires

A en juger par l’activité croissante de la Chine sur le sol canadien, les chinois voient au Canada et surtout au Québec d’énormes opportunités d’affaires. Construction Daniel Dargis Inc. en partenariat avec ses collaborateurs sur l’immigration et le droit des affaires, offre son assistance aux gens d’affaires et les investisseurs des entreprises chinoises qui souhaitent s’établir au Québec dans les domaines de projets de construction et de l’immobilier. Construction Daniel Dargis inc a développé des formules uniques, innovants, structurée et sur mesure de A à Z qui s’adressent aux gens d’affaires et les entreprises de montage de dossier menant à leur arrivée au Canada, par la recherche de terrains et de bâtiments allant jusqu’à la la gestion de projets immobiliers et même la création de leur propre entreprise de construction.
Québec pour attirer les investisseurs étrangers

Au cours des dernières années les investisseurs les entreprises chinoises ont opéré d’importants gisements de ressources naturelles canadiennes à alimenter la croissance explosive de leur économie. Québec est riche en ressources et la demande de matières premières est de plus en plus dans de nombreux pays émergents comme la Chine et l’Inde, les membres du BRIC (Brésil, Russie, Inde et Chine), qui attire de nombreux investisseurs ici. Un projet d’exploitation minière implique des investissements de centaines de millions, voire des milliards de dollars, ce que le Canada et le Québec ne peuvent pas assumer seul, même si le gouvernement du Québec investira 1,191 millions de dollars dans le développement des infrastructures sur cinq ans et 500 millions de dollars pour les placements en actions dans des projets sur ce territoire. Les capitaux étrangers est donc nécessaire et il est crucial pour le Québec pour attirer les investisseurs étrangers. Les entreprises chinoises ont répondu à l’appel du Québec ainsi.

Les investissements miniers du Plan Nord

Les investissements miniers du Plan Nord devraient dépasser 30 milliards de dollars d’ici 25 ans. Dans le moyen terme 11 projets seront réalisés totalisant près de 20 milliards $ pour créer 11 000 emplois durant la construction et 4.000 autres emplois par an maintenus en relation avec les installations minières et de traitement. Investisseurs chinois entreprises représentent à elles seules plus de 50% pour couvrir les 20 milliards de $ d’investissements pour le Plan Nord à moyen terme, sur seulement 2 des 11 projets qui sont:

Le projet Otelnuk Adriana Resources: Le plus grand projet minier de l’histoire canadienne avec un potentiel centenaire pour l’exploitation du fer. La compagnie chinoise Wisco financera la quasi-totalité de cette aventure qui nécessitera un investissement compris entre 10 et 13 milliards de dollars;
La société chinoise Jilin Jien Nickel Industry: 800 millions de dollars pour l’exploitation d’un gisement de nickel à la pointe nord du Québec.

Les investisseurs chinois ne sont cependant pas uniquement intéressés par le Plan Nord. D’autres investisseurs chinois gens d’affaires avec beaucoup de capital à l’achat de leur élimination en abondance au Québec: les terres agricoles, fermes, terrains pour de futurs projets de construction, les logements à rénover pour la conversion en condos résidentiels ou lofts commerciaux. C’est à ce niveau que Construction Daniel Dargis inc intervient pour aider ces investisseurs chinois et le peuple chinois d’affaires à:

Assembler et personnaliser leurs fichiers pour faciliter leur entrée au Canada des gens d’affaires intéressés dans le domaine des projets de construction et de l’immobilier. Cela se fait grâce à la participation de collaborateurs experts en immigration et en droit des affaires;
Donnez-leur une formation de base liée au domaine de la construction au Québec de comprendre les questions fondamentales: la réglementation, le code du bâtiment et les normes de construction, l’administration et la gestion de projet.
Trouver des occasions d’affaires: achat de terrains ou d’immeubles;
Faire des études de faisabilité;
Construire, rénover ou gérer leurs projets;
Créer leur propre entreprise de construction d’accroître leur autonomie;
Les aider dans la commercialisation et la vente de leurs projets.

Province de Québec dans son ensemble sont pleins de possibilités

Enfin, notons que pour les investisseurs et les promoteurs de projets de construction immobiliers, Montréal et la province de Québec dans son ensemble sont pleins de possibilités d’acheter de grandes portions de terres à faible coût pour la construction de projets immobiliers et des bâtiments à être convertis en condominiums et des immeubles commerciaux. Pour les Asiatiques, les environs de Montréal sont une aubaine. Ils regardent les possibilités et n’en croient pas leurs yeux. Québécois vendent hectares de terres à 7 $ par pied carré, soit environ 70 $ / m². C’est environ 10 fois moins cher qu’à Vancouver ou Paris!

Construction Daniel Dargis inc aide les gens d’affaires qui souhaitent réaliser des projets immobiliers à Montréal et environs ainsi que les entreprises qui souhaitent mettre en place un bureau, un entrepôt ou une usine de transformation ou de fabrication, afin d’atteindre les consommateurs à travers le Canada et l’Amérique du Nord.

Construction Daniel Dargis inc est la seule entreprise canadienne et québécoise construction avec plus de 20 années d’expérience dans la construction, la rénovation et la gestion de projets commerciaux et résidentiels, industriels, de structurer et directement partie de ses activités spécifiquement pour aider les gens d’affaires pour créer, exploiter et gérer leur propre entreprise canadienne liée à l’industrie de la construction. Avec sa grande expérience, Construction Daniel Dargis inc sert de guide de formation par la recherche de terres et de construction de bâtiments à convertir, puis offrant plusieurs solutions d’affaires pour les projets de construction et de rénovation, et enfin comme un support pour les ventes.

N’hésitez pas à nous contacter!

Règlement sur ​​l’immigration et les procédures en vigueur depuis le 1er Août, 2013

Les investisseurs chinois quebec

http://feeds.feedburner.com/sergedumoulin

J'espère vendre sans courtier

J’espère vendre sans courtier Spot TV FR

J’espère vendre sans courtier

L’Organisme d’autoréglementation du courtage immobilier du Québec (OACIQ), la Fédération des chambres immobilières du Québec (FCIQ) et les 12 chambres immobilières québécoises lancent leur première campagne conjointe, réalisée par Brad appelé « J’espère vendre sans courtier ».

Comprenant un message télévisé en français et en anglais, un microsite, un volet web et des pièces imprimées, elle vise à démontrer les risques de ne pas traiter avec un courtier.

«Nous sommes très fiers de ces importants gains et, surtout, de l’opération que nous présentons», commente Dany Renauld, coprésident de Brad.

Son déploiement constitue l’aboutissement de plusieurs mois de travail. En effet, c’est lors du Sommet de l’immobilier, en février 2012, que l’OACIQ, la FCIQ et les chambres immobilières ont décidé d’unir leurs forces afin de créer un impact encore plus puissant dans leur message à communiquer au public.

«On pourrait presque qualifier d’historique cette mise en commun, estime Sofy Bourret, vice-présidente, communications et développement TI, de l’OACIQ. En arrêtant notre choix sur Brad, nous sommes certains d’avoir retenu le bon partenaire pour atteindre nos objectifs.»

Annonceur: OACIQ – Sofy Bourret, FCIQ – Christiane St-Jean, Marc Lacasse
Agence: Brad
Stratégie de marque: Dany Renauld, Hugues Léger
Vice-présidence, création: Carle Coppens
Stratégie interactive: Sacha Declomesnil
Direction-conseil: Alexandra Troubetzkoy
Conception-rédaction: Carle Coppens, Maxime Richer
Direction artistique: Pascal Tremblay
Rédaction anglaise: James Viloria
Service-conseil web: Mylène Mercier
Direction artistique web: Fabien Laborie
Design web: Jean-Philippe Dubois
Intégration: Sébastien Filion
Direction technique: Sébastien Vézina
Production d’agence: Linda Leroux
Maison de production: Soma
Réalisation: Ricardo Trogi
Postproduction: Rodéo FX
Mix sonore: Sonart

J’espère vendre sans courtier Spot TV

prêts jeune agriculteur ferme subvention

Programme de prêts Jeune agriculteur

Regina (Saskatchewan) – Financement agricole Canada (FAC) maintient son programme de prêts destiné aux jeunes agriculteurs qui souhaitent acheter ou améliorer des terres et des bâtiments agricoles.

L’avenir de l’agriculture avec optimisme

« Les jeunes envisagent l’avenir de l’agriculture avec optimisme et nous partageons leur vision, a déclaré Greg Stewart, président-directeur général de FAC. Nous demeurons à l’écoute de nos clients et sommes très soucieux de mettre au point des produits et des services adaptés aux besoins des jeunes agriculteurs et aux exigences particulières de l’industrie agricole. »

Programme de prêts Jeune agriculteur

Lancé en mars 2012, le programme de prêts Jeune agriculteur offre aux producteurs admissibles âgés de moins de 40 ans des prêts pouvant atteindre 500 000 $ pour l’achat ou l’amélioration de terres et de bâtiments agricoles. Le prêt Jeune agriculteur comprend des caractéristiques et des options qui sont adaptées à ce groupe démographique et facilitent sa réussite à long terme, notamment des taux variables équivalant au taux préférentiel plus un demi pour cent (0,5 %), des taux fixes spéciaux et l’absence de frais de traitement.

500 millions de dollars aux jeunes agriculteurs

Non seulement FAC a-t-elle déjà approuvé plus de 500 millions de dollars aux jeunes agriculteurs depuis le lancement du programme, mais elle s’engage aujourd’hui à doubler cet appui pour le porter à 1 milliard de dollars.

« Une industrie agricole vigoureuse est indispensable à la prospérité à long terme du pays. Le maintien de cette nouvelle option de financement est donc très positif, affirme le ministre de l’Agriculture Gerry Ritz. La présence de FAC sur le marché donne à tous les intervenants de l’industrie, qu’ils soient clients de FAC ou non, la confiance et le sentiment de sécurité qui leur permettent d’élargir leurs activités et de faire progresser l’agroindustrie. »

Le prêt Jeune agriculteur s’ajoute à la série de produits et de services qu’offre déjà FAC pour aider les jeunes producteurs, comme le prêt Transfert, les activités du Carrefour du savoir agricole, des publications, le programme FAC sur le campus et les Logiciels de gestion FAC destinés à la gestion comptable et à la gestion des champs. En 2012-2013, FAC a approuvé des décaissements records de 7,7 milliards de dollars visant à aider ses clients à démarrer ou à développer leur exploitation, y compris 2,3 milliards de dollars à des agriculteurs âgés de moins de 40 ans.

Pour de plus amples renseignements au sujet du prêt Jeune agriculteur de FAC, visitez www.fac.ca/pretjeuneagriculteur. Les producteurs peuvent aussi joindre leur bureau local de FAC en composant le 1-800-387-3232.

Le plus important prêteur à l’industrie agricole canadienne

FAC, qui est le plus important prêteur à l’industrie agricole canadienne, possède un portefeuille de première qualité de plus de 25 milliards de dollars et vient de connaître une vingtième année consécutive de croissance. FAC est solide et stable; elle s’est engagée à servir l’industrie peu importe le cycle économique, et à faire preuve de responsabilité sur les plans social et environnemental. FAC offre du financement, de l’assurance, des logiciels, des programmes d’apprentissage ainsi que d’autres services commerciaux aux producteurs agricoles, aux agroentrepreneurs et aux entreprises agroalimentaires. Le personnel de FAC comprend l’agriculture et est voué à la réussite de la clientèle et de l’industrie. La présence de FAC sur le marché profite aux producteurs, à l’agriculture, au secteur rural canadien et par le fait même à l’ensemble de la population canadienne. Pour obtenir de plus amples renseignements, consultez www.fac.ca. Suivez Financement agricole Canada sur Facebook, sur LinkedIn et sur Twitter à @FACagriculture.

Suivez moi sur Blogger

chantiers québec

Les chantiers d’habitations ont augmenté au Canada

Les mises en chantier d’habitations ont augmenté au Canada le mois dernier, mettant un terme à une série de légers reculs ayant débuté en novembre, mais il semble que la tendance à long terme soit au surplace, a annoncé lundi la Société canadienne d’hypothèques et de logement (SCHL).

Estimation des chantiers

L’agence estime que le nombre de mises en chantier a été de 11 097 en février. Sur une base de 12 mois, ce résultat correspond à un nombre désaisonnalisé annualisé de 192 094 mises en chantier, en hausse par rapport à celui de 180 481 de janvier.

Le nombre désaisonnalisé annualisé a atteint un sommet de 198 282 unités en octobre. Il a par la suite entrepris une légère glissade mensuelle jusqu’au mois de janvier.

Néanmoins, l’économiste en chef adjoint à la SCHL, Mathieu Laberge, a fait remarquer que la tendance des mises en chantier d’habitations était demeurée relativement stable depuis août, avec des variations d’un mois à l’autre de deux pour cent ou moins.

«Ces données cadrent avec les perspectives de la SCHL, selon lesquelles le marché de l’habitation sera stable en 2014», a indiqué M. Laberge.

Les prédictions de la SCHL

Dans ses perspectives rendues publiques le 6 février, la SCHL a prédit que le nombre de mises en chantier atteindrait environ 187 300 en 2014, dans une fourchette comprise entre 176 600 et 199 800. Cela est relativement inchangé par rapport aux 187 923 unités de 2013.

Pour 2015, la SCHL s’attendait dans ses prévisions du 6 février à quelque 184 000 mises en chantier, dans une fourchette comprise entre 163 000 et 206 600 unités.

Un indicateur de santé de l’économie

Le secteur de l’habitation est surveillé de près car il constitue une bonne indication de l’état de santé général de l’économie. En effet, la construction est source de nombreux emplois, les prêts hypothécaires représentent une importante partie des activités des banques, et de nombreuses familles canadiennes voient leur domicile comme leur plus important investissement et actif.

Février a été le mois le plus actif en matière de mises en chantier au Canada depuis novembre, lorsque le nombre désaisonnalisé annualisé était de 192 235 unités, et il a suivi une période de temps particulièrement mauvais, en décembre et janvier.

Dans les centres urbains, le nombre désaisonnalisé et annualisé de mises en chantier a augmenté de 7,5 pour cent, à 175 584, en février, a indiqué la SCHL.

Les mises en chantier dans le segment des logements collectifs – copropriétés et appartements – ont augmenté de 13,3 pour cent, à 116 458, mais elles ont diminué de 2,4 pour cent dans celui des maisons individuelles, à 59 126.

Selon la SCHL, le nombre désaisonnalisé annualisé de mises en chantier en milieu urbain a augmenté dans l’Atlantique et au Québec. Il est demeuré stable en Ontario et a régressé dans les Prairies et en Colombie-Britannique.

 

terres agricoles et agriculture au Québec Financement agricole Canada

La valeur des terres agricoles connaît une nouvelle hausse au Québec

Augmentation de la valeur des terres agricoles au Québec

Selon le dernier rapport Valeur des terres agricoles de Financement agricole Canada (FAC), la valeur moyenne des terres agricoles au Québec a augmenté de 4,4 % au cours du premier semestre de 2011. Cette augmentation fait suite à des hausses de 0,9 % et de 2,3 % au cours des deux périodes de rapport précédentes. La valeur des terres agricoles au Québec demeure stable ou augmente depuis 1984, année où FAC a commencé à produire des rapports à ce sujet. Le Québec est la seule province dont la valeur moyenne des terres agricoles n’a jamais diminué pendant cette période.

La valeur des terres agricoles au Québec demeure stable ou augmente depuis 1984. (Photo Deposit Photo)

Comparatif avec l’augmentation de la valeur des terres agricoles au Canada

En comparaison, la valeur moyenne des terres agricoles au Canada a augmenté de 7,4 % au cours des six premiers mois de 2011, après des gains de 2,1 % et de 3,0 % au cours des deux périodes précédentes. La valeur des terres agricoles est demeurée stable ou a augmenté dans toutes les provinces. La Saskatchewan a enregistré la plus forte hausse moyenne, soit 11,6 %. Ce résultat en Saskatchewan semble suivre la tendance observée aux États-Unis, c’est-à-dire des hausses à deux chiffres de la valeur des terres agricoles dans plusieurs états producteurs de maïs et de soja. La vigueur soutenue des cours des produits de base conjuguée à un marché des terres qui, précédemment, progressait à un rythme moindre que dans d’autres régions du pays, sont deux facteurs qui ont contribué à la hausse actuelle de la valeur des terres dans cette province.«La terre agricole n’est pas seulement une ressource de production, c’est également une source de richesse pour les propriétaires de terres agricoles. Il n’est pas surprenant de noter, par ailleurs, que les variations des prix des terres agricoles suscitent l’intérêt des producteurs et d’autres intervenants du secteur, précise Michael Hoffort, vice-président principal, Portefeuille et risque de crédit, à FAC. La tendance à la hausse de la valeur des terres agricoles semble s’accélérer. La valeur des terres agricoles canadiennes a affiché une progression constante au cours de la dernière décennie.» La plus importante hausse semestrielle moyenne nationale, soit de 7,7 %, a été enregistrée en 2008. La plus récente baisse de la valeur moyenne, soit -0,6 %, a été enregistrée en 2000.Sur le plan national, le prix moyen des terres agricoles a connu une hausse d’environ 8 % par an depuis que les prix des produits de base ont commencé à s’envoler en 2006. Il s’agit là d’une progression à peu près deux fois plus rapide que pendant la première moitié de la décennie. Les sommets quasi historiques des prix des cultures et les faibles taux d’intérêt sont d’autres facteurs qui soutiennent la hausse des prix des terres.

Marché favorable aux acheteurs / terres agricoles au Québec

«Des taux d’intérêt peu élevés, des céréales à bon prix ces dernières années et des rendements faibles sur les marchés financiers font que les producteurs agricoles achètent plus de terres, affirme Jean-Philippe Gervais, économiste agricole principal à FAC. Ces trois facteurs contribuent à l’augmentation de la demande de terres agricoles et à faire grimper les prix. Tant que les prix des cultures continueront d’être élevés, les terres agricoles continueront vraisemblablement de gagner en valeur.»

L’industrie agricole est en bonne santé

«L’agriculture est importante pour la population canadienne et il est évident que la bonne santé de l’industrie est un facteur déterminant des récentes tendances de la valeur des terres agricoles, ajoute M. Hoffort. C’est un indicateur de la solidité de l’industrie, ainsi qu’une bonne nouvelle pour les producteurs qui considèrent la terre comme un actif. D’un autre côté, cela peut rendre les choses plus difficiles pour ceux qui veulent acheter des terres agricoles dans le but d’agrandir leur exploitation. C’est pourquoi nous avons créé des produits de prêt qui peuvent aider les jeunes producteurs agricoles à acheter des terres.»

Les producteurs agricoles

«Les producteurs demandent souvent s’ils devraient acheter des terres maintenant pendant que les prix sont à la hausse ou attendre de voir s’ils diminueront. La réponse n’est pas évidente. Une information fiable ainsi qu’une évaluation de leur seuil de tolérance personnel au risque pourraient faciliter la prise de décision. Le prochain rapport semestriel sera très intéressant», affirme Richard Hayes, directeur supérieur évaluation à FAC.

Pour consulter le rapport Valeur des terres agricoles de FAC, ainsi que les copies des années précédentes jusqu’à 1984 : www.valeurdesterresagricoles.ca

(Source : Financement agricole Canada)

terres agricoles québec agriculture

courtier immobilier québec

Le Courtier immobilier, pour quoi faire?

Le Courtier immobilier, pour quoi faire?

Vous voulez vendre votre terrain, votre ferme ou votre résidence ou en acheter une et vous vous demandez si vous auriez vraiment avantage à faire affaires avec un courtier immobilier? Oui, sans hésitation! Les conseils et l’expertise de ce spécialiste vous seront très utiles.

Pour être efficace, le courtier immobilier doit bien connaître le marché local de l’immobilier, tout mettre en œuvre pour vous procurer un excellent service et bénéficier de l’appui d’un réseau solide. Au bout du compte, il vous fera économiser beaucoup d’argent et gagner beaucoup de temps!

Lorsque vous vendez une maison

• Le courtier immobilier connaît les prix des maisons vendues dans le quartier et vous indiquera quel montant demandé pour vendre votre maison dans les meilleures conditions possibles.

• Il établira une stratégie de mise en marché qui vous permettra d’attirer beaucoup d’acheteurs potentiels.

• Le courtier immobilier prend en charge une grande partie des innombrables tâches reliées à la vente d’une propriété, par exemple l’inscription au registre des maisons mises en vente ou l’installation du panneau « À vendre ». Son intervention vous simplifie considérablement la vie et vous évite bien du stress.

• Il connaît à fond le processus de vente d’une maison et vous informera sur vos droits, vos devoirs et les possibilités qui s’offrent à vous.

• Enfin, le courtier immobilier est un négociateur expérimenté qui vous permettra d’obtenir le prix le plus avantageux.

Lorsque vous achetez une maison :

• Le courtier immobilier est un négociateur chevronné qui gérera au mieux vos offres et vos contre-offres.

• Il connaît bien la ville ou le quartier qui vous intéresse et vous informera sur les prix immobiliers, les taxes, le coût des services publics et autres services.

• Il maîtrise parfaitement le processus d’achat d’une maison et pourra vous conseiller sur vos possibilités d’action juridiques et financières, mais aussi vous recommander des spécialistes de l’évaluation, de l’inspection, des rénovations et autres.

• Il sélectionnera pour vous les maisons qui correspondent le mieux à vos besoins et à vos goûts, vous évitant ainsi de perdre un temps précieux en visites inutiles.

• Enfin, le courtier a l’œil pour détecter les défauts des maisons et il vous signalera celles qui risqueraient de vous décevoir.

Pour plus d’informations visitez le site Immo-Sherbrooke